Ajouter

Calasetta

Bienvenue dans la "perle du Sulcis"

Calasetta (qui s’appelait à l’origine « Cala di Seta ») naît en 1770 comme village de pêcheurs, initialement habité par des réfugiés tabarquins.

Ces derniers étaient pour la plupart des Ligures qui, depuis le milieu du XVIe siècle, s’étaient installés sur l’île tunisienne de Tabarka. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ils avaient demandé à s’établir dans le Royaume de Sardaigne pour coloniser une partie de l’île de Sant’Antioco.

Ce petit joyau maritime, situé sur le versant sud-occidental de la mer cristalline de Sardaigne, sur l’île de Sant’Antioco, est un mélange fascinant de cultures tabarquine, ligure et sarde.

On y trouve un dialecte très proche du ligure, le tabarquin, des recettes nord-africaines comme le couscous, des noms d’origine ligure et piémontaise, sans parler de la culture des raisins de Carignan à pied franc.

Un joli port permet de rejoindre l’île voisine de San Pietro et l’île Madre ; les 3 plages, dont l’une se trouve juste en dessous du centre habité, font de Calasetta une destination parfaite pour profiter de la mer de Sardaigne sous un autre angle, peut-être le plus authentique. Le village voisin de Sant’Antioco, à seulement 15 minutes en voiture, vous plongera dans la culture sarde la plus antique.

dans les environs

Les plages

Trois plages vous attendent dans un rayon de 6 km seulement (Spiaggia Grande, La Salina et Sottotorre), toutes dans la commune de Calasetta ; toutes les autres plages de notre petite île sont situées à maximum 20 minutes en voiture de notre établissement.

De la Spiaggia Grande (la grande plage), située à seulement 600 mètres de l’hôtel et dont le nom trahit les dimensions, à la plage sauvage de Co‘e Quaddus (« queue de cheval ») sur la pointe opposée de l’île de Sant’Antioco, vous trouverez du sable fin et clair et une mer cristalline.

Les fonds marins offrent des émotions uniques, notamment aux amateurs de snorkeling, et, en de nombreux endroits, les rochers offrent des accès aisés à la mer pour ceux qui souhaitent éviter la confusion de la plage.

Les plages sont pour la plupart publiques, mais toutes comportent des équipements.

Porto Pino

À seulement 45 minutes en voiture de l’hôtel s’étendent les dunes de sable blanc de la plage de Porto Pino, véritable chef-d’œuvre de la nature.

La baie, qui entre pour trois quarts dans le territoire de Sant’Anna Arresi (Sulcis), est un écosystème en parfait équilibre : plages blanches baignées par les tons bleus de la mer, dunes « désertiques » de sable fin, criques de sable rose aux fonds limpides, lagunes placides et forêt de pins d’Alep très rares, chênes kermès, genévriers séculaires et végétation méditerranéenne luxuriante.

La crique s’étend sur plus de six kilomètres, dont quatre kilomètres d’étendues sablonneuses, divisées en trois parties.

Le fond du littoral est sablonneux et descend lentement : l’eau est ainsi très peu profonde sur des dizaines de mètres, ce qui est idéal pour les familles avec enfants et pour les passionnés de snorkeling et de pêche sportive.

Sant'Antioco

À quelques kilomètres de Calasetta et de l’hôtel se trouve Sant’Antioco, principal centre portuaire de notre île.

En arrivant, vous serez tout de suite frappé par sa singularité et sa beauté, avant même de monter sur l’isthme artificiel qui le relie à la Sardaigne, probablement construit par les Carthaginois et perfectionné par les Romains.

C’est, à ce jour, la plus ancienne ville d’Italie, construite sur les ruines de Sulky, fondée par les Phéniciens (770 avant J.-C.), puis conquise par les Carthaginois.

Il reste de la ville antique son tophet et sa nécropole (Ve-IIIe siècle av. J.-C.) qui occupe toute la colline de la basilique et sur laquelle surgirent la nécropole romaine, puis un cimetière de catacombes, unique en Sardaigne : nous vous conseillons de visiter le musée ethnographique, le musée archéologique et tout le site archéologique.

Contact:
Archéotour +39 0781 82105

Carloforte

« U pàize » est une enclave ligure de Sardaigne: tout comme Calasetta, Carloforte a conservé la langue et la culture de ses fondateurs, les familles de pêcheurs originaires de Pegli et arrivant de l’île tunisienne de Tabarka (où ils résidaient depuis le XVIe siècle).

En 1738, les Tabarquins obtinrent du roi Charles-Emmanuel III la permission de coloniser l’île de San Pietro, inhabitée et surnommée l' »île des éperviers ». Ces mêmes pêcheurs auraient ensuite fondé, quarante ans plus tard, Calasetta.

Carloforte, toujours étroitement liée à Pegli et Gênes, est la seule commune de l’île : elle vous charmera avec ses ruelles et ses passages, ses panoramas colorés et ses vues sur la mer, son petit port et ses anciennes fortifications, dont il reste quelques tours d’observation et des pans de murs avec des fortins, dont la Porta del Leone.

Les mines

L’une des facettes encore peu connues de la Sardaigne mais d’une grande valeur historique, culturelle et paysagère, c’est son patrimoine géo-minier.

L’île regorge d’exemples d’archéologie industrielle liés à l’activité minière, qui ont été inscrits, en 2007, au Patrimoine mondial de l’Humanité.

Ces sites témoignent d’une culture et d’une histoire fascinantes, et le territoire le plus emblématique de ce point de vue, c’est le Sulcis-Iglesiente.

Des villages miniers pittoresques, des puits d’extraction, des milliers de kilomètres de galeries, des installations industrielles, de vieux chemins de fer, de précieuses archives et la mémoire de générations de mineurs font du Sulcis-Iglesiente un véritable gisement culturel à découvrir.

Les sites miniers que nous vous conseillons de visiter sont : Puits de Santa Barbara et Mine de San Giorgio, Galerie de Porto Flavia, Grande mine de Serbariu.

Pour informations et réservations :
Office du tourisme Iglesias +39 0781 274507
Mine de Serbariu +39 0781 62727

Les grottes

Le Sulcis-Iglesiente est marqué par la présence de centaines de grottes de différentes tailles, créées par des phénomènes karstiques profonds : elles attirent des milliers de passionnés de spéléologie venus du monde entier.

La grotte la plus célèbre du territoire est celle de Su Mannau, à quelques kilomètres de Fluminimaggiore (près de la vallée d’Antas), dans les montagnes calcaires qui attirent chaque année des milliers de touristes.

Non loin de Domusnovas, village fondé au Moyen Âge, on trouve la grotte de San Giovanni, la seule en Europe à être traversée par une route goudronnée: elle fait plus de 800 mètres de long d’une entrée à l’autre.

Également fascinantes, les grottes de Is Zuddas, à quelques kilomètres de Santadi, au pied du Mont Meana. Ouvertes au public depuis 1985, on peut y admirer des stalactites, des aragonites et des traces de fossiles bien visibles.

Pour informations et réservations:
Grotte Su Mannau +39 0781 580411
Grotte San Giovanni +39 348 0553309
Grotte Is Zuddas +39 0781 955741 / +39 340 0616233

Galerie-photo Territoire